Enquête auprès des organismes offrant des couvertures complémentaires santé (Enquête « OC »)

Sources, outils et enquêtes

Paru le 21/07/2020

Résumé

L’enquête « OC » de la DREES a pour objet de connaître l’activité des organismes offrant des couvertures complémentaires santé, la population qu’elles couvrent, les garanties qu’elles offrent, et leurs modes de tarification. L’enquête détient depuis 2005 le label d’intérêt général et de qualité statistique avec obligation de réponse délivrée par le Conseil national de l’information statistique (CNIS).

Enquête 2023

La collecte de l’enquête sur données 2023 se déroule en deux étapes comme les enquêtes 2019 et 2021.

  • Première étape de l’enquête : du 19 février au 29 mars 2024
  • Deuxième étape de l’enquête : du 15 mai au 28 juin 2024.

Vu l’avis favorable du Conseil national de l’information statistique, cette enquête est reconnue d’intérêt général et de qualité statistique assortie du caractère obligatoire en application de la loi n° 51-711 du 7 juin 1951.
 
En 2021, le taux de réponse s’élevait à 94 %, soit 12 points de plus qu’en 2019. Les données et résultats sont disponibles dans Pour en savoir plus – jeux de données à explorer, en bas de page.

Les organismes interrogés

L’enquête porte sur les organismes complémentaires d’assurance maladie exerçant leur activité en France métropolitaine et dans les DROM. Après avoir été menée pour la première fois en 2002 auprès des mutuelles, l’enquête a ensuite été étendue aux institutions de prévoyance et aux sociétés d’assurances.

En 2023, comme lors des deux précédentes enquêtes, le champ de l’enquête correspond aux organismes d’au moins 5 millions d’euros de chiffre d’affaires en santé. L’ensemble de ces organismes représente 99 % des cotisations récoltées sur l’année par les organismes de complémentaires santé et déclarées à l’Urssaf.

Les contrats couverts

L’enquête vise à décrire aussi complètement que possible le « cœur » du marché de la complémentaire santé, en interrogeant les organismes sur leurs contrats les plus souscrits, en individuel et en collectif. Les contrats couvrant les bénéficiaires de la CMU complémentaire et de l’Aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS) sont hors champ de l’enquête.

Jusqu’à l’enquête 2016 incluse, les contrats enquêtés sont les trois contrats les plus souscrits de chaque type, ou « contrats modaux ». Depuis 2019, afin d’améliorer la représentativité des contrats couverts par l’enquête, le champ des contrats enquêtés a été élargi. Pour cela, l’enquête se déroule désormais en deux étapes. Une première étape vise à recueillir auprès des organismes échantillonnés, la liste de leurs dix principaux contrats sur le marché individuel, le marché collectif, et celui des surcomplémentaires. Une deuxième étape recueille les caractéristiques des contrats pour un échantillon de contrats individuels et collectifs sélectionnés aléatoirement à partir de la base précédemment constituée. Le nombre maximum de contrats enquêtés par organisme au cours de cette étape reste fixé à 9.

Représentativité et pondération

En 2021, la part des personnes couvertes par les dix contrats les plus souscrits au sein de chaque organisme parmi l’ensemble des personnes couvertes par un contrat de complémentaire santé est de 67 % sur le champ des contrats individuels et de 38 % sur le champ des contrats collectifs. La représentativité des contrats collectif est plus faible que celle des contrats individuels car le marché collectif est plus morcelé. 

L’introduction d’une étape préliminaire visant à établir une base de tirage de contrats a permis d’améliorer la représentativité des contrats renseignés de 10 points en collectifs et de 20 points en individuels. Néanmoins, les résultats diffusés sur les caractéristiques des contrats des bénéficiaires de complémentaire santé sont toujours une extrapolation des garanties des contrats les plus souscrits à l’ensemble des contrats. Ainsi, et malgré une amélioration notable, les caractéristiques des contrats les plus souscrits ne sauraient représenter parfaitement l’ensemble du marché. En particulier, les contrats de niche souscrits par un petit nombre de souscripteurs ne sont pas dans le champ de l’enquête.

En 2019, outre cette l’introduction d’une étape préliminaire, la méthode de calcul des poids des contrats a été revue. Les poids sont désormais modélisés via un sondage proportionnel, contre un sondage aléatoire simple précédemment.

Les changements de méthodologie introduits depuis l’enquête 2019 ont induit une rupture de série dans les résultats. Ces changements méthodologiques ainsi que leur impact sur les indicateurs sont développés dans le Dossier de la Drees n°93 de mars 2022.

Une nouvelle série commençant en 2019 est désormais diffusée. Les données des enquêtes antérieures à 2019 restent néanmoins disponibles en open-data.
 

Données recueillies

Les données recueillies portent sur le nombre d’assurés (ouvrant droits), de personnes couvertes (ouvrants droit et ayants droit), le chiffre d’affaires en santé ainsi que les cotisations collectées au niveau de l’organisme et pour chacun des contrats. Elles contiennent, pour chaque contrat, les modalités de tarification et des précisions sur les clauses particulières des contrats. Une large partie du questionnaire est ensuite consacrée aux niveaux de garanties des contrats, regroupées en six grands thèmes : soins ambulatoires, audiologie, dentaire, optique, hôpital et prévention et soins non remboursés par la Sécurité sociale. Pour les organismes liés à un réseau de soins, les garanties en optique et dentaire sont détaillées selon que les soins sont réalisés dans le réseau ou hors réseau.

La typologie des contrats élaborée par la DREES

La dispersion des niveaux de garanties des contrats ainsi que la diversité des prestations proposées rendent le marché de l’assurance maladie complémentaire complexe à décrire. La DREES établit donc une typologie des contrats à partir des remboursements offerts pour plusieurs prestations afin de décrire simplement le marché et classer les contrats par niveau de prise en charge.

La nouvelle méthode utilisée par la DREES sur les données de l’enquête 2016 pour classer les contrats selon leur degré de couverture s’appuie sur le calcul d‘un score synthétique pour chacun d’entre eux. Le score d’un contrat reflète son taux de prise en charge, pour un bénéficiaire moyen, du reste à charge après assurance maladie obligatoire (AMO) d’un bénéficiaire moyen sur un panier de soin donné. Il varie entre zéro (le contrat n’offre aucun remboursement du reste à charge sur les postes de soins considérés) et un (le contrat offre un remboursement complet du reste à charge sur les postes de soins considérés).

Cette typologie est réalisée à partir de la consommation de soin d’un bénéficiaire moyen. Toutefois, le niveau de couverture est une mesure imparfaite de la qualité de la couverture offerte par un contrat. L‘accès ou non à des réseaux (dentaires, optiques, etc.) avec des tarifs négociés ou le bénéfice de plateformes téléphoniques de conseils (devis) ne sont pas pris en compte dans leur classement. Par ailleurs, les postes de soins considérés pour établir le score ne sont pas exhaustifs. On privilégie les postes de soins où s‘applique une liberté tarifaire et on néglige ceux pour lesquels la prise en charge est homogène entre les contrats.

Questionnaires

Accès aux données

Les chercheurs peuvent accéder aux données sur demande et après examen de la demande par le comité du secret et établissement d’une convention entre la DREES et l’équipe de recherche.

Pour plus d'information : DREES-ENQUETE-ORG-COMP@sante.gouv.fr

Publications

 

Pour en savoir plus

Contact us