Minima sociaux et prestations sociales en 2010. Ménages aux revenus modestes et redistribution

Julie Labarthe, Michèle Lelièvre, Céline Arnold, Bénédicte Boisguérin, Marie-Cécile Cazenave, Mathieu Calvo, Jonathan Duval, Audrey Isel, Renaud Legal, Tania Lejbowicz, Arnaud Périgord

Études et statistiques (2006-2016)

Paru le 31/07/2012 Màj le 04/02/2021

Résumé

Fin 2010, 3,6 millions de personnes sont allocataires d’un minimum social, chiffre en progression moindre qu’en 2009 en raison de l’amélioration relative du marché du travail.
Les prestations sociales non contributives (prestations familiales, allocations logement, minima sociaux, prime pour l’emploi) représentent, en 2009, 40 % du revenu disponible des 10% de ménages les plus modestes et 21 % de celui des ménages du 2e décile de niveau de vie. L’action des transferts fiscaux et sociaux permet de diminuer le taux de pauvreté monétaire de 8 points en 2010.

 

Cette édition apporte un éclairage sur les 30 % de population, peu étudiée en tant que telle, les ménages aux revenus modestes des 2e, 3e et 4e déciles de revenu. Entre 1996 et 2009, la part des revenus d’activité et de retraite dans l’ensemble de leurs revenus a augmenté tandis que celle des transferts sociaux nets des prélèvements s’est significativement réduite.

Une seconde étude présente les résultats d’une enquête qualitative sur les représentations et le vécu du RSA par ses bénéficiaires. D’une manière générale, les effets du dispositif sont encore peu perceptibles par les bénéficiaires.

  • Labarthe, J., Lelièvre, M., (dir.), et al. (2012,  juillet). Minima sociaux et prestations sociales en 2010. Paris, France : DREES, coll. Études et statistiques.

Historique

Nous contacter